Aller plus loin…

A LIRE…

Cessons de tuer la terre
pour nourrir l’homme

par Jean-Marie Pelt

Cessons de tuer la terre pour nourrir l'homme

Résumé

Le Grenelle de l’environnement a prévu de réduire de moitié l’utilisation de pesticides à l’horizon 2018. Maintes questions se posent en effet depuis des années sur leurs effets sur la santé, et il est tout à fait probable que la disparition totale des abeilles dans certaines régions est due à leur emploi intensif. Aussi doit-on envisager dès à présent le remplacement de ces produits, que ce soit dans les vastes exploitations agricoles, dans les jardins grands et petits des ‘rurbains ‘, voire dans ces cultures miniatures qui agrémentent les balcons et terrasses des citadins. De nouvelles stratégies doivent permettre à ces adjuvants de la vie, de la beauté et de la fécondité des plantes, qui font aujourd’hui l’objet d’intenses recherches (stimulation des défenses naturelles des végétaux, utilisation de produits peu ou pas nocifs, développement de plantes qui ‘dépolluent ‘les sols, symbiose avec des champignons, etc .), d’éviter le recours systématique à des produits chimiques.

La transition agricole

Une autre logique
par Angela Hilmy

La transition agricole

Résumé

Il semble que nous soyons pris dans un mystère qui garde son opacité, et qui tient peut-être au fait que nous sommes des êtres humains étroitement liés à toutes les formes de vie proches ou éloignées. Peu à peu, au fil des années, nos fenêtres de perception se sont fermées à tout ce qui est instable, imprévisible et en constante mutation dans notre milieu environnant. Par peur de l’inconnu, de l’inattendu et de tout ce que nous ne maîtrisons pas, nous nous sommes construit une carapace qui nous enserre de plus en plus étroitement. Aussi ne devrions-nous pas nous étonner d’être malmenés par des crises qui n’en finissent pas. Peut-être le rêve d’harmonie et de paix formulé dans la Déclaration universelle des droits de l’homme peut-il encore se réaliser. Ce mystère en dissimule un autre, invisible et rarement reconnu, qui pourrait fort bien nous livrer les clés de nombreuses énigmes. C’est le mystère de l’agriculture. Celui des paysans vivant en interdépendance avec la nature, travaillant en accord avec elle et sélectionnant les végétaux et les animaux depuis des siècles.

Vers les droits de la nature…

par Mouvements

Résumé

En 1992, le sommet de la Terre de Rio avait popularisé la notion de « développement durable », censé concilier question sociale, respect de l’environnement et croissance économique. Mais sans effet : la biodiversité s’appauvrit, les concentrations de gaz à effet de serre augmentent, les déserts avancent, sur fond d’augmentation des inégalités sociales. Vingt ans après, c’est désormais « l’économie verte » qui est mise en avant : sous prétexte de lutter contre le réchauffement climatique et la perte de biodiversité, il s’agit d’ouvrir de nouveaux marchés, qui permettent de rétablir un capitalisme affecté par la crise économique et financière. Comment ? En soumettant la nature au marché. Mouvements propose une critique argumentée et documentée des mirages de cette «économie verte » et y oppose une vision alternative : celle d’une Nature dont les droits seraient reconnus et défendus.

Famine au sud,
malbouffe au nord

Comment le bio peut nous sauver
par Marc Dufumier

Famine au sud malbouffe au nord

Résumé

« En 2050, les neuf milliards d’humains pourront se nourrir grâce à l’agriculture biologique. » Celui qui l’affirme n’est pas un doux rêveur : c’est l’un des spécialistes mondiaux des questions agricoles. Depuis quarante ans, l’agronome Marc Dufumier observe et écoute les paysans du Nord et du Sud, et il est parvenu à cette certitude : ils sont, avec les consommateurs, les premières victimes d’un système devenu fou, notre agriculture exagérément spécialisée, mécanisée et « chimisée ». Au Sud, un milliard d’individus meurent encore aujourd’hui de faim et la malnutrition provoque des flux migratoires toujours plus massifs. Au Nord, la pollution des eaux ou l’érosion des sols menacent chaque jour un peu plus nos écosystèmes, et l’on retrouve dans presque tous nos aliments des doses de pesticides ou de résidus médicamenteux. Il est donc temps de changer de cap… à condition de savoir où aller. Pour la première fois, ce livre dresse un panorama complet, c’est-à- dire mondial, des désordres agricoles. Surtout, au-delà du constat, il montre qu’une alternative crédible est à l’oeuvre : l’agroécologie.
Qualité des aliments, fixation des populations paysannes, respect de l’environnement et, contrairement aux idées reçues, garantie, voire amélioration, des rendements : le bio n’est pas un caprice de bobo ! C’est plus que jamais la voie de l’avenir.

Vivre mieux

Vers une société écologique
par EELV

Vivre mieux

Résumé

Comment sortir du nucléaire et réduire notre dépendance au pétrole ? Pourquoi relocaliser la production ? Comment encadrer les marchés financiers ? Vers où doit aller l’Europe ? Comment réorienter l’économie et recréer des emplois ? Quelle agriculture pour quelle alimentation ? Quel système de santé au service de toutes et tous ? Quelles politiques sociales et de logement ? Quelles voies pour réformer l’école, soutenir la recherche ? Quelle garantie d’indépendance pour la justice et les médias ? Parce qu’une autre société est possible, une autre politique doit être mise en oeuvre. L’urgence des crises environnementales et sociales nous oblige à être ambitieux. 2012 doit être l’année du changement. L’écologie politique, porteuse d’un projet de transformation de la société, peut incarner ce changement. Voici le programme d’actions d’Europe Écologie-Les Verts pour les temps qui viennent.

A LIRE…

Notre poison quotidien

La responsabilité de l’industrie chimique dans l’épidémie des maladies chroniques
par Marie-Monique Robin

Notre poison quotidien

Résumé

Au cours des trente dernières années, le taux d’incidence du cancer a augmenté de 40%. Durant cette période, la progression des leucémies et des tumeurs cérébrales chez l’enfant a été d’environ 2% par an. Et on constate une évolution similaire pour les maladies neurologiques (Parkinson et Alzheimer) et auto-immunes, et pour les dysfonctionnements de la reproduction. Comment expliquer cette inquiétante épidémie, qui frappe particulièrement les pays dits «développés»?
C’est à cette question que répond Marie-Monique Robin dans ce nouveau livre choc, fruit d’une enquête de deux ans en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, mais aussi sur les témoignages de chercheurs et de représentants des agences de réglementation, elle montre que la cause principale de l’épidémie est d’origine environnementale: elle est due aux dizaines de milliers de molécules chimiques qui ont envahi notre quotidien et notre alimentation depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
L’auteure retrace le mode de production des aliments, depuis le champ de l’agriculteur jusqu’à notre assiette. Elle décortique le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques, à travers les exemples des pesticides, de l’aspartame ou du bisphénol A, et démontre qu’il est totalement défaillant et inadapté. Surtout, elle raconte les pressions et les manipulations des représentants de l’industrie chimique pour maintenir sur le marché des produits hautement toxiques.

L’appel de Gaïa…

Quand la terre apostrophe les humains
par Jean-Claude Pierre

Résumé

Si vous pensez que la planète va bien et que les menaces qui pèsent sur le « vivant » sont exagérées ; si vous considérez que l’humanité vit de manière harmonieuse et que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes… Alors, n’allez pas plus loin, ce livre n’est pas pour vous, il vous dérangerait dans vos certitudes. Par contre, si vous n’êtes ni béat d’optimisme, ni indifférent, ni résigné… Alors écoutez cet appel. Gaïa qui personnalise notre belle planète bleue nous demande de changer notre regard sur la Terre et de la considérer comme sacrée, tout simplement parce qu’elle est la demeure des hommes.

L’agriculture biologique pour nourrir l’humanité

Démonstration
par Jacques Caplat

L'agriculture biologique peut nourrir l'humanité

Résumé

L’agriculture biologique comme mode de production agricole reste peu ou mal connue des citoyens et fait toujours l’objet de nombreuses approximations, tantôt positives, tantôt négatives.
Chacun interprète le sujet à travers ses présupposés, son enthousiasme ou ses réticences. C’est ainsi que se succèdent les affirmations encourageantes sur les bénéfices environnementaux ou sanitaires de la bio et les inquiétudes sur ses rendements plus faibles ou ses difficultés techniques. Passéistes pour les uns, pionniers pour les autres, les agriculteurs biologiques sont sujets du débat, mais rarement convoqués à la barre.
L’ouvrage de Jacques Caplat comble ainsi une lacune. A partir d’une connaissance intime de la réalité de l’agriculture biologique en tant que fils d’agriculteur, ancien conseiller agricole de terrain puis chargé de son développement à l’échelle nationale et européenne, Jacques Caplat explique les fondements et les pratiques concrètes de l’agriculture biologique telle qu’elle a été définie et telle qu’elle est mise en œuvre dans les champs.
Il relate l’expérience d’hommes et de femmes, notamment dans les pays du Sud, pour qui la bio est une innovation stimulante et un espoir à long terme. Clair et pédagogique, l’ouvrage s’adresse à tout consommateur, curieux des enjeux réels autour du contenu de son assiette, comme à tout citoyen, soucieux de pouvoir se positionner sur des débats de fond comme celui des OGM, de l’adaptation de l’agriculture biologique aux réalités des territoires en France et dans le monde, ou encore des problématiques sanitaires associées à l’alimentation…
Il donne ainsi une vision transversale et globale de l’agriculture biologique en reliant des sujets souvent considérés jusqu’à présent de manière isolée et partielle.

La tourmente alimentaire

Pour une politique agricole mondiale
par Matthieu Calame

La tourmente alimentaire

L’augmentation récente des prix agricoles est venue relancer les inquiétudes sur l’avenir alimentaire de l’humanité. Face à l’ampleur des défis, il est tentant de croire qu’une révolution technique (OGM, agrocarburants, agriculture de précision guidée par satellite…) fournira des solutions qui dispenseront les sociétés de prendre les mesures politiques et sociales nécessaires. Pourtant le problème, aujourd’hui comme autrefois, est avant tout social et économique et c’est sur sa capacité à produire des lois et des règles intelligentes touchant la gestion de l’eau, du sol, de la biodiversité et des échanges internationaux, que l’humanité doit compter pour assurer tranquillement sa survie alimentaire au XXIe siècle. Avec une approche originale empruntant à la fois à l’histoire et à l’agronomie, l’auteur se propose de définir une politique mondiale pour l’alimentation de la planète et la sauvegarde de ses ressources.

Une agriculture pour le XXIe siècle

Manifeste pour une agronomie biologique
par Matthieu Calame

Une agriculture pour le XXIe siècle

Résumé

On voit aujourd’hui se développer très largement la consommation et donc la production de produits biologiques, mais bien peu, parmi les producteurs et les consommateurs de ces produits, n’ont le temps d’approfondir leur démarche et d’asseoir leurs pratiques, leurs intimes convictions ou leurs réflexions personnelles dans un cadre historique plus large. C’est ce que nous propose cet ouvrage : jeter un regard sur le passé pour prendre la mesure et l’ampleur des principes sur lesquels l’agriculture biologique repose, des idées qui ont soutenu son essor, et qui fondent son altérité radicale, et la « révolution mentale » qu’elle exprime dans l’ordre du rapport des hommes à la nature. Il traite tout d’abord du positionnement de l’agronomie biologique, de sa construction, pour expliciter ensuite les difficultés d’émergence de l’agronomie biologique en tant que champ disciplinaire.

A VOIR…

Résistance naturelle

par Jonathan Nossiter

Résumé

 Réunis sous le soleil de l’Italie, une poignée de vignerons et un directeur de Cinémathèque partagent leur passion du vin et du cinéma.
En quelques années, des agriculteurs libres ont transformé la conception du vin ainsi que son marché en produisant un vin dit « naturel ». Par goût de la liberté, de la transmission, de l’honnêteté artisanale et de la santé de la planète (et de ses habitants), ils sont entrés en résistance. Contre la tyrannie du marché et des gouvernements qui le servent.
Stefano Bellotti, le Pasolini des vignes (poète et rebelle !) dans le Piémont et Elena et Anna Pantaleoni, deux générations de femmes Émiliennes, ré-imaginent, souvent avec leur ironie, comment contester. Rejoins par Corrado Dottori dans les Marches et Giovanna Tiezzi en Toscane, ils partent tous à la recherche de la prochaine bataille.
Mais un engagement écologique envers la nature ne sert à rien s’il n’y a pas également une écologie de la culture.
Comme le vin, la transmission vitale et le rôle contestataire de la culture cinématographique sont menacés de disparition.
Dix ans après MONDOVINO, Jonathan Nossiter part à la rencontre en Italie de ses quelques résistants, de ces passeurs de vie.

Les Moissons du futur

Comment on nourrit le monde ?
par Marie-Monique Robin 

Après « Le Monde selon Monsanto » et « Notre poison quotidien », Marie-Monique Robin enquête sur les méthodes de l’agroécologie dans différents points du globe. Un film plein d’espoir sur les solutions possibles à la crise alimentaire. Comment nourrir les 9 milliards d’habitants annoncés en 2050 ?

Le monde selon Monsanto

par Marie-Monique Robin

 

La Mort est dans le pré

par Éric Guéret

Ce documentaire démontre les ravages des pesticides sur la santé des agriculteurs.

ouvrir