Reporterre

Le grand retour de l’herboristerie

REPORTERRE – 8/10/2016 – Par Émilie Massemin

Conseiller de l’huile de millepertuis contre les brûlures ou de la tisane de bruyère contre les cystites est interdit par la loi française. Pourtant, le savoir-faire des herboristes rencontre une demande grandissante. Depuis quelques années, ils se battent pour une réhabilitation de leur profession et la mise en place de règles, notamment de récolte des plantes sauvages.

Drôle d’endroit pour chercher des plantes médicinales. Les herbes folles bataillent contre les graviers, s’emmêlent aux anciens rails de la petite couronne parisienne. Elles achèvent d’ensauvager les murs couverts de graffitis, d’aspect misérable sous le ciel gris de cette après-midi de juin. Pourtant, le regard de Thierry Thévenin, paysan-herboriste à Mérinchal (Creuse) et porte-parole du Syndicat des simples, fouille attentivement les touffes végétales. « Une mercuriale annuelle, s’exclame-t-il devant une plante d’une taille modeste, aux minuscules pétales verts. Elle est beaucoup utilisée en médecine pour ses vertus purgatives. À l’époque, les gens la consommaient pour leurs problèmes de scrofule. » Un peu plus loin, c’est Christophe de Hody, naturopathe et animateur de sorties sur les plantes sauvages, qui repère une herbe au chantre à la longue tige raide ramifiée et aux petites fleurs jaunes, « très efficace contre les maux de gorge ».

Mais la vedette de la sortie reste le millepertuis perforé : « Il est souverain pour les plaies, les brûlures et les contusions, explique Thierry Thévenin. L’huile est très facile à préparer : quand les fleurs sont ouvertes, on les cueille, on les met dans un pot à confiture qu’on remplit d’huile d’olive et on met au soleil près de la fenêtre. Quand la préparation est rouge, c’est prêt ! » L’auteur d’un Plaidoyer pour l’herboristerie en profite pour rappeler les différentes façons de se soigner grâce aux plantes — la « galénique traditionnelle » de l’herboriste : « Le plus simple, c’est de mâchonner et de recracher. Sinon, on peut faire sécher les plantes et les consommer en tisane ou en décoction, ou les préparer en sirop ou en teinture mère. »

Ces recettes, on peut les retrouver sur les étagères de l’herboristerie du Palais-Royal, dans le 1er arrondissement de Paris. Marie-Josée y pioche des soins contre le cholestérol. « C’est une démarche globale, j’ai d’ailleurs une alimentation très stricte, confie la retraitée. J’évite ainsi de prendre des médicaments, dont je redoute les effets secondaires. » Marine, enceinte, est venue chercher une huile contre les vergetures. Débutante, elle est conseillée par Mina. « À la toute fin de votre grossesse, la tisane de feuilles de framboisier peut faciliter l’accouchement, indique la vendeuse, forte de ses trente ans d’expérience dans la boutique. Pour l’allaitement, commencez par laisser faire la nature. Mais si ça ne marche pas trop, la tisane spéciale lactation, un mélange autour du fenouil, peut donner un coup de pouce. » La jeune femme, ravie, sort de la boutique son cabas dans la main : « Je reviendrai ! »

« Nous faisons ce métier parce que nous aimons les plantes »

Du sous-bois à la boutique, l’herboristerie demande une grande polyvalence. « L’herboriste va reconnaître, traiter et conseiller les plantes ; il va être à la fois botaniste, cueilleur, producteur, conseiller et vendeur », énumère Patrice de Bonneval, fondateur de l’École lyonnaise des plantes médicinales. Ses remèdes sont destinés à soulager toutes sortes de troubles communs — problèmes digestifs, rhume, ménopause, stress, etc. Impossible néanmoins de réduire ce savoir-faire à une série de connaissances et de gestes techniques. « Nous faisons ce métier parce que nous aimons les plantes, la nature, que nous aimons les gens et que nous souhaitons les soigner », poursuit ce passionné, formé à la faculté de pharmacie de Nantes, conquis par l’herboristerie « après avoir rencontré un petit pépé en Vendée, avec son âne, son chariot rempli de plantes et ses livres. Je me suis dit que c’était trop joli, que j’avais envie de faire ça moi aussi ».

Ce savoir-faire ancestral suscite un intérêt grandissant. Mina l’observe depuis son comptoir de l’herboristerie du Palais-Royal : « Il y a trente ans, nous recevions surtout des personnes d’un certain âge. Mais, depuis quelques années, il y a de plus en plus de clients ; des jeunes qui viennent pour des petits bobos comme de l’acné, des problèmes de mémoire, des troubles du sommeil… et qui ne veulent plus prendre de médicaments. » Pour Michel Pierre, gérant de l’herboristerie depuis quarante-cinq ans, « les gens veulent se soigner avec des remèdes simples, qui rendent possible l’automédication. Ils ont été échaudés par les derniers scandales dans l’industrie pharmaceutique. En parallèle, les préoccupations écologiques augmentent. » La démarche est citoyenne, quasi politique, confirme Thierry Thévenin : « À chaque chaos social, les gens reviennent aux plantes sauvages. »

Plus étonnant, les formations en herboristerie ne désemplissent pas. Ferny Crouvisier, présidente de l’Association pour le renouveau de l’herboristerie, le constate année après année : « Quand j’ai appris le métier il y a vingt ans, nous étions sept dans mon école. C’étaient surtout des femmes âgées de 40 à 50 ans, qui se souvenaient que leurs grands-mères allaient cueillir des plantes pour les tisanes et voulaient retrouver ce savoir-faire pour soigner leur famille. » Depuis, les profils se sont diversifiés : plus jeunes, de plus en plus d’hommes, des projets professionnels liés aux plantes. Et de plus en plus de monde. « À l’École lyonnaise des plantes médicinales, nous comptons actuellement 1.200 élèves, dont 600 font de l’herboristerie pure », calcule Patrice de Bonneval.

« Le problème est d’ordre plus économique que sanitaire »

Pourtant… la profession d’herboriste n’existe plus, en tout cas dans les textes. Ida Bost a réalisé une thèse d’ethnologie sur les herboristes en France de 1803 à nos jours. « L’herboristerie a été reconnue comme métier entre 1803 et 1941, rappelle la chercheuse. Au XIXe siècle, c’était un métier de personnes modestes, en particulier de femmes ; puis, les herboristes se sont structurés en syndicats qui contrôlaient des écoles. Ils ont fourni un travail énorme pour changer l’image de ce métier, lui donner une apparence plus scientifique. » Las, les coups de boutoir de l’Association générale des pharmaciens de France, qui souhaitait obtenir le monopole de la vente de plantes médicinales, ont fini par atteindre leur but : la loi du 11 septembre 1941 relative à l’exercice de la pharmacie a supprimé le diplôme d’herboriste. Une spécificité française, puisque la profession est reconnue au Royaume-Uni, en Belgique, en Allemagne, en Suisse et en Italie.

Alors que les livres se multiplient sur les vertus thérapeutiques de tel ou tel végétal, les vendeurs de plantes et de tisane n’ont plus le droit de présenter leurs produits comme des remèdes. Depuis 2008, ils ne disposent plus que de 148 végétaux inscrits sur décret, alors que « le botaniste français Paul Victor Fournier (1877-1964) a recensé quelque 1.500 plantes médicinales », s’agace Thierry Thévenin. Jean-François Astier, fondateur de Natura Mundi et de l’École française d’herboristerie, regrette que la directive européenne de 2002 sur les compléments alimentaires, qui élargit l’autorisation de commercialisation à 600 plantes environ, « ne s’applique qu’aux produits dosés — gélules, gouttes, comprimés ». Résultat, « nous avons le droit de vendre des gélules et des extraits concentrés de bruyère, mais pas de tisane de bruyère pour soigner les cystites », déplore Michel Pierre.

Ce dernier a déjà fait l’objet de poursuites judiciaires à trois reprises pour « exercice illégal de la pharmacie » — alors qu’il est pharmacien de formation. « Mais vous n’êtes pas sans savoir qu’on n’est pharmacien que si l’on a payé sa cotisation à l’Ordre des pharmaciens », ironise-t-il. Pour Guillaume Cousyn, chargé des autorisations sur les compléments alimentaires à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCR), « le problème est d’ordre plus économique que sanitaire. Si une plante est admise en complément alimentaire, c’est qu’elle ne présente pas de risque (sauf contre-indications : femmes enceintes, enfants…). Il n’y a aucune raison d’interdire ces plantes en l’état. La situation est bloquée par l’Ordre des pharmaciens, qui bénéficie d’un monopole aberrant et idiot ». Contacté l’été dernier par Reporterre, l’Ordre des pharmaciens n’a pas donné suite à nos questions.

Consolider le soutien politique

En 2011, Jean-Luc Fichet, alors sénateur (socialiste) du Finistère, propose de recréer une profession et un diplôme d’herboriste. Mais sa proposition de loi est restée lettre morte. Depuis, les herboristes s’organisent pour relancer le processus. « Il y a des questions auxquelles il faut apporter des réponses : qu’est-ce qu’un herboriste ? Qu’est-ce qu’on attend d’une certification et comment la mettre en place ? Comment intégrer toute la filière, recherche et enseignement compris ? » admet Jean-François Astier. Pour y réfléchir, les professionnels de la filière se réunissent en congrès annuel depuis quatre ans. Le dernier, qui s’est déroulé les 23 et 24 avril 2016 à Paris, a rassemblé 600 inscrits — trois fois plus qu’à la première édition.

En septembre 2014 est créée la Fédération française des écoles d’herboristerie. Elle regroupe les six écoles reconnues par la communauté : l’École lyonnaise des plantes médicinales, l’Association pour le renouveau de l’herboristerie, l’École bretonne d’herboristerie, l’École des plantes de Paris, l’École française d’herboristerie et l’Institut méditerranéen de documentation, d’enseignement et de recherche sur les plantes médicinales. À la Fédération de définir un tronc commun d’enseignements, de connaissances et de savoir-faire, qui dessinerait les contours d’un futur diplôme accessible en deux ou trois ans. « Nous essayons de proposer les mêmes disciplines pour tous : botanique de terrain, anatomie-physiologie, pharmacognosie [l’étude des principes actifs des plantes], herboristerie pratique avec apprentissage des galéniques traditionnels… » énumère Ferny Crouvisier.

Le syndicat Synaplante, lancé fin 2015 et présidé par Michel Pierre, doit également accompagner le processus. Reste le soutien politique à consolider : en avril dernier, à Plounéour-Ménez (Finistère), le sénateur (EELV) du Morbihan Joël Labbé et celui (PS) du Finistère Jean-Luc Bleunven ont indiqué envisager la demande d’un rapport parlementaire sur le métier d’herboriste, qui permettrait de déposer ensuite une proposition de loi.

« S’assurer de la qualité des professionnels »

L’enjeu est de taille, afin notamment d’éviter certaines dérives, analyse Ida Bost : « Le milieu de l’herboristerie n’est pas encore très homogène. Derrière cette certification, il y a l’idée que la profession se dote de certaines règles, qu’elle s’assure de la qualité de ses professionnels. »

Pour Ferny Crouvisier, il s’agit d’une étape nécessaire pour assurer la durabilité de la filière. « Il faut veiller à ce que les plantes ne soient pas cueillies et utilisées à tout va. Avant, les gens cueillaient autour de chez eux et veillaient à en laisser pour l’année suivante. Maintenant, on voit des équipes de cueilleurs qui parcourent la France avec des camions frigorifiques ! Quand je vois la quantité de plantes nécessaires pour faire de l’huile essentielle, et qu’on en met dans la lessive… » Aujourd’hui, la tentation est trop grande d’acheter les mélanges de plantes interdits sur Internet, sans possibilité de tracer leur provenance.

Synaplante travaille également sur un code de déontologie, lequel rappelle entre autres que l’herboristerie se place en complémentarité et pas en opposition avec la médecine allopathique. « Dans ma pratique de comptoir, il m’arrive très souvent de renvoyer les gens vers le médecin ou le pharmacien pour connaître le diagnostic, et de travailler en complémentarité avec le traitement », explique Jean-François Astier. « Je n’ai jamais entendu aucun herboriste dire qu’il fallait arrêter les médicaments, souligne Ida Bost. Même s’ils en disent du mal, ils disent qu’ils sont nécessaires pour soigner les pathologies les plus graves. »

2 Commentaires

  1. 9 mars 2017 à 2 h 39 min · Répondre

    Bonjour,
    Je suis tombée sur votre site par hasard.Peut-être fait -il bien les choses par ces temps biens sombres et secoués!
    Je suis une personne qui fait les thérapies complémentaires.je suis une professionnelle agréer ,je suis sous identifiant pour les remboursements mutuelle pour mes patients et je suis abonnée en lecture dans certains journaux (santé générale)depuis 8ans.l
    J’admire la force de caractère et le désarrois de « médecins generalistes,spécialistes,pharmaciens »dans toute la FRANCE……!
    Il ne faut pas oublier que « les thérapeutiques quelles quelles soient naturelles ,elles sont les derniers « recours »AVEC la médecine de base.
    Les thérapeutes professionnels Agréer sont:DES PROFESSIONS LIBERALES
    Nous sommes des personnes avec un BAC +5 de base + formation professionnelles suivie jusqu’au doctorat et +++!UNE VIE en formations!
    donc pour moi un bac +12!
    Pour l’instant le lambda non soulagé,s’en remet dans nos « mains »..,mais pleure « leurs remboursements,si inexistants!
    Alors on revient aux bonnes traditions …………………..
    Mais sait -il que nous aussi ,nous serons obligés de suivre « LE CHANGEMENT SIGNIFICATIF
    Annoncé » ,L’UBERISATION,le connecté,LA robotisation(IA,)!
    C’est vrai qu’encore beaucoup sont trés « moyennage » en FRANCE et croient encore à des bases traditionnelles celtiques(pharmacopée d’un autre âge!)
    Il faut savoir que l’énergétique sera un point assez chaud ,car il faudra allier l’énergie avec la machine(IA).
    Trouvera- t-on l’ ALLIANCE parfaite entre la machine et l’énergie sans détruire le substrat énergétique animal ou plantes de base… dont cela fait notre force!
    Où trouvera-t-on encore pour les thérapeutes Professionnels Agréer(futur) LES ECOLES, les UNIVERSITES,les EFACULTES…+L’ADMINISTRATIF,L ‘ENTREPRENARIAT en FRANCE?
    Pour faire de futurs « thérapeutes professionnels(phythothérapeute,nathuropates,oligothérapeute,homeopathe,argilothérapeute,hydrologue) en bonne relation avec LE ROBOT(JARVIS),non pardon « la logicielle »
    Doit -t-on INVENTER NOUS AUSSI UN NUMERO CLAUSUS ou une CARTE à PUCE?tient comme la CPS du FUTUROSCOPE de POITIER!
    Elle commandera quoi la jolie tête bien pensante?Elle donnera quoi comme prescription?
    Quand au futur est ce les thérapies alternatives ,complémentaires et Alimentaires qui seront les « derniers Dinosaures » d’un monde en changement?
    Pourriez -vous me répondre car le « lambda a peur »
    Ah non pas les machines chez vous ,on a assez du docteur que l’on me réponds avec des petits tremblements d’exaspérations!
    Alors en attente d’une réponse que je lirai trés attentivement,veuillez savoir que « beaucoup attendent…..de vous lire…… »
    Veuillez recevoir , Monsieur le Sénateur,mes sincéres salutations.A.LE GARROIS

    • admin
      24 mars 2017 à 15 h 58 min · Répondre

      J’ai pris connaissance de votre message avec attention. En ma qualité de Sénateur écologiste, je défends les thérapeutiques naturelles, tant pour la médecine humaine que vétérinaire. La prochaine proposition de loi que je vais déposer est celle visant à la reconnaissance du métier d’herboriste. Bien cordialement, Joël Labbé.

Laisser un Commentaire

ouvrir