Projet de loi agriculture/alimentation

Pour Joël Labbé : « la majorité sénatoriale refuse d’engager la transition écologique de l’agriculture »

Le Sénat a longuement débattu sur le projet de loi agriculture et alimentation, avant d’adopter le texte lundi soir. Pour Joël Labbé, sénateur écologiste du Morbihan, si de maigres avancées ont été gagnées, le texte ne va pas assez loin au regard de l’urgence de la situation des agriculteurs, de notre environnement, et des problèmes posés par les pesticides.

Sous la pression citoyenne, le Sénat a certes maintenu le bio dans les cantines. Pour ce vote,  Joël Labbé avait demandé un scrutin public, estimant que « cette transparence impose aux Sénateurs et Sénatrices d’être plus attentifs aux attentes des citoyens ». Il a également voté pour l’interdiction de pesticides similaires aux néonicotinoïdes, mesure essentielle pour protéger les abeilles, et pour un fond d’indemnisation des victimes des pesticides, bien que restreint aux seules victimes professionnelles.

En revanche, la pression citoyenne n’a pas suffi à bousculer les intérêts en place sur d’autres sujets : Le Sénat a rejeté tous les amendements proposés par Joël Labbé pour promouvoir une véritable sortie des pesticides, comme l’interdiction du glyphosate, et pour autoriser et favoriser les alternatives naturelles. La majorité a aussi voté contre un périmètre de protection des riverains. Joël Labbé regrette également que des mesures comme l’étiquetage des produits animaux « nourris aux OGM » ou l’étiquetage des huîtres suivant leur mode d’élevage ne soient pas passées, et déplore la possibilité désormais donnée aux industriels de s’approprier le label « fromage fermier ».

Devant le rejet de ses amendements, et de toute proposition forte pour assurer une sortie de l’agriculture industrielle, Joël Labbé a voté contre ce texte : « si le projet de loi initial était déjà très timide, la majorité sénatoriale l’a en grande partie vidé de sa substance ; rien dans ce texte ne permettra une réelle transition vers une agriculture durable, relocalisée et rémunératrice pour les producteurs ». 

Communiqué de presse / Joël Labbé

Laisser un Commentaire

ouvrir