Tous les articles dans En 2021

7 Articles
15052021

Marche contre Bayer Monsanto à Lorient

Le samedi 15 Mai, Joël Labbé a répondu présent à l’appel du collectif lorientais à une 6ème Marche contre Bayer Monsanto, afin de dénoncer les dérives de l’agrochimie et un modèle agricole qui ruine les agriculteurs, détruit la nature et empoisonne la population. Un millier de participants ont défilé dans les rues de Lorient, comme à Paris et dans plusieurs autres villes françaises. Joël Labbé a eu un discours offensif, dénonçant l’importation de soja sud-américain à 80 % transgénique qui transite par le port de Lorient, et appelant à un modèle agricole respectueux des hommes, des animaux et de la terre.

05052021

Pour une constitution écologique

Le collectif Notre Constitution Écologique, composé des associations Noé, CliMates, Notre Affaire à Tous et le REFEDD s’est réuni le 5 mai au matin devant le Sénat, avant l’étude en commission du projet de loi constitutionnelle issu de la Convention Citoyenne pour le Climat. Ce projet de loi vise à modifier l’article 1er de la Constitution pour y intégrer la formulation suivante : « La République garantit la préservation de la biodiversité, de l’environnement et lutte contre le dérèglement climatique ». Déjà validée par les député(e)s à l’Assemblée Nationale, c’est maintenant aux sénateurs et sénatrices de valider cette modification dans les mêmes termes. Joël Labbé était présent aux côtés du collectif lors de cette manifestation, afin d’interpeller les sénateurs sur l’importance de conserver, dans le texte, le terme “garantit” car il obligerait l’État non seulement à agir mais aussi à fournir des résultats en matière de protection de l’environnement, de la biodiversité et de changement climatique.

Si le texte est validé dans les mêmes termes par le Sénat, cela déclenchera un processus de référendum qui permettra aux citoyens et citoyennes de décider, par eux-mêmes, s’ils souhaitent modifier leur Constitution pour la mettre en accord avec les exigences de l’urgence climatique. Sans le terme “garantit”, le projet de loi n’apporterait aucune amélioration et aboutirait à une réforme constitutionnelle purement symbolique, qui ne serait pas à la hauteur de l’urgence climatique et écologique actuelle.

Le collectif restera mobilisé avant la reprise des débats au Sénat les 10 et 11 mai.

En vidéo

07042021

Réforme de la PAC : il est temps de développer l’agriculture bio !

En 2023, une nouvelle politique agricole commune entrera en vigueur. Cette dernière prévoit la mise en place de l’éco-régime (Ecoscheme en anglais), un nouvel outil visant à donner à la prochaine Politique Agricole Commune (PAC), l’orientation environnementale qui lui fait tant défaut aujourd’hui. Décliné de manière ambitieuse, cet outil pourrait permettre à la France de soutenir massivement les fermes opérant une réelle transformation agro-environnementale, au premier rang desquelles figurent les fermes bio. 

La balle est aujourd’hui dans le camp du gouvernement, qui doit définir d’ici juin 2021 comment seront distribuées les subventions européennes, dans un Plan stratégique national (PSN) en cours de discussion. Pour que cette nouvelle PAC permette d’atteindre l’objectif européen de 25% de terres cultivées en bio en 20301, il est nécessaire que les règles d’attribution des aides incitent réellement à la transformation des pratiques agricoles. 

Les parlementaires français-es ont un rôle important à jouer dans ce débat : parce qu’ils et elles sont le relais des préoccupations des français-es qui demandent de plus en plus de bio. Avec 10 milliards d’euros par an, la PAC représente plus de la moitié des fonds publics alloués au secteur agricole. Le Parlement, dans son rôle de contrôle de l’action publique, doit pouvoir débattre de la place accordée à la transition écologique dans cet outil qu’est le PSN.

C’est dans ce cadre que Joël Labbé, aux côtés de ses collègues Sandrine Le Feur, députée du Finistère, Dominique Potier, député de la Meurthe-et-Moselle et Olivier Jacquin, sénateur de la Meurthe-et-Moselle ont participé à l’organisation, en lien avec la Fédération nationale d’agriculture biologique, d’un débat parlementaire en distanciel le 7 avril au matin sur la réforme de la PAC. Ils ont également relayé sur leurs territoires un appel à cosignatures d’une tribune pour défendre la bio dans la PAC.

Voir la tribune 

11032021

Colloque « Quels droits pour les plantes? »

Organisé par les Journalistes-écrivains pour la nature et l’écologie (JNE), le colloque « Quels droits pour les plantes », initialement prévu en présentiel, s’est finalement déroulé en visio-conférence le jeudi 11 mars en raison de la situation sanitaire. Née en 1969, l’association JNE regroupe plus de 200 professionnels de la presse écrite ou audiovisuelle, de l’information, de l’écriture, de la photo et de la vidéo, tous spécialisés dans l’environnement, l’écologie, l’éco-tourisme, la protection de la nature, le cadre de vie ou l’énergie. Durant un après-midi de tables-rondes, ce colloque a permis aux intervenants et participants d’explorer le végétal sur les plans scientifique, culturel, réglementaire, symbolique, politique. Une manière de repenser nos relations avec ces autres vivants, si différents et proches. Les plantes sont-elles vraiment intelligentes ? Sensibles ? De quelle intelligence parle-t-on ? Peut-on considérer ces altérités autrement que comme des ressources exploitables ? Doit-on en faire des sujets de droit ? 

Joël Labbé était invité à participer à la table -ronde « Des droits enfin pour les végétaux ? » pour évoquer la question de la prise en compte des végétaux dans les lois et de son expérience en tant qu’élu sur la difficulté à aborder ce type de sujet au Sénat.

Voir le compte-rendu de la table-ronde.
Voir la vidéo de la table ronde.
Voir l’ensemble des comptes-rendus et vidéos.

250121

A la rencontre d’élèves engagés

Lundi 25 janvier, Joël Labbé est allé à la rencontre d’une classe de CM1 CM2 de l’école Nicolazic La Salle à Vannes. Cette classe a candidaté pour participer au Parlement des enfants pour sa 25ème édition sur le thème de « l’alimentation durable et équilibrée », et sa candidature a été retenue par l’académie de Rennes. Dans ce cadre, les élèves envisagent de rédiger une proposition de loi sur le thème de l’alimentation durable. Un projet de plus pour une classe très engagée dans la protection de l’environnement. En plus du label Éco École, la classe est gestionnaire d’une Aire Marine Éducative. 

180121

Groupe de travail infrastructures et foncier agricole insulaire

Lundi 18 janvier, Joël Labbé a participé à une réunion en visio du groupe de travail SILLAGE « Simplifier et faciliter l’accès au foncier et aux infrastructures agricoles dans les îles, par l’évolution des réglementations et des pratiques d’aménagement et de planification », animé par le Réseau Agricole des Iles Atlantiques.

140121

Agriculteurs en détresse

Dans le cadre des travaux du groupe de travail du Sénat relatif aux moyens mis en œuvre par l’État en matière de prévention, d’identification et d’accompagnement des agriculteurs en situation de détresse, un déplacement d’une délégation de la commission des affaires économiques, à laquelle Joël Labbé a pris part, a eu lieu jeudi 14 janvier 2021 dans le Morbihan. La présidente de la commission, Mme Sophie Primas, était accompagnée des deux rapporteurs du groupe de travail, Mme Françoise Férat et M. Henri Cabanel. Ce déplacement a commencé par une réunion de travail à la Préfecture, en présence du Préfet, de la DDTM, de la MSA, de la gendarmerie et de la chambre d’agriculture, afin de faire un point sur le phénomène dans le département et sur les actions menées localement. Deux tables rondes ont également eu lieu : la première en fin de matinée à Sainte-Anne-d’Auray et la seconde dans l’après-midi à Guégon. Ces rencontres ont été l’occasion d’échanger avec des agriculteurs ayant connu une situation de détresse, des proches de victimes ou des personnes travaillant au contact de ces personnes (salariés ou bénévoles).

Consulter les travaux du groupe de travail « Agriculteurs en situation de détresse »

ouvrir