Après le Brexit : l’urgence d’un projet politique pour l’Europe

« Les électeurs britanniques viennent de décider de la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne », regrette Jean Desessard sénateur de Paris et président du groupe écologiste au Sénat, « mais ce choix désastreux pour l’Europe, et plus encore pour les Britanniques eux-mêmes, a au moins comme toute crise grave l’avantage d’une certaine clarification » poursuit Hervé Poher, sénateur du Pas-de-Calais.

« Ce processus de sortie risque d’être long et sera encore accompagné de nombreuses négociations où le Royaume-Uni tentera de conserver le beurre et l’argent du beurre » ajoute Hervé Poher.

« On ne peut être à la fois dedans et dehors, garder les avantages et abdiquer de ses devoirs. C’est la raison pour laquelle nous demandons la plus grande fermeté à la commission européenne qui sera chargée d’entériner la séparation » déclare André Gattolin, sénateur des Hauts-de-Seine et vice-président de la Commission des affaires européennes. « Trop de compromis sur les compromis ont été actés par le passé et poursuivre dans cette voie ne fera qu’accroître les velléités d’autres Etats-membres de quitter l’Union ou de renégocier leur statut »

Pour les sénatrices et les sénateurs écologistes, une Union à 28 ou 27 ne peut plus décemment fonctionner sur les bases d’institutions originellement conçues pour 6 ou 10 pays. L’instauration d’un marché unique ne constitue pas un horizon politique. Ils appellent à une coalition entre le Parlement européen, les gouvernements nationaux et les parlements des pays les plus favorables à une intégration renforcée afin de dresser très rapidement une ambitieuse feuille de route pour l’Europe de demain autour de 5 grands axes :

– Une démocratisation accrue des processus de décision ;
– Une authentique politique de sécurité et de défense commune ;
– L’établissement d’une véritable politique industrielle européenne fondée sur une économie innovante et décarbonée;
– Une indépendance technologique et énergétique durable ;
– Une harmonisation fiscale et un renforcement des mécanismes de solidarité entre Etats membres. »

Communiqué / Groupe écologiste du Sénat

Laisser un Commentaire

ouvrir