L'Obs Le Plus

Notre-Dame-des-Landes, du devoir de désobéir : bloquons l’évacuation de la ZAD !

L’OBS LE PLUS04/11/2016

L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes « se construira », a assuré le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas. Face à l’entêtement du gouvernement, José Bové, Yannick Jadot, Joël Labbé et Noël Mamère appellent les Français à bloquer pacifiquement l’évacuation de la ZAD.

Alors même que se déroulait la plus grande mobilisation des opposants à Notre-Dame-des-Landes, « la marche des bâtons », le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, annonçait le démarrage des travaux et l’évacuation de la ZAD pour l’automne. Il faisait ainsi référence à une circulaire du 20 septembre donnant instruction aux juges de poursuivre ceux qui entraveraient les travaux.

 

Un aéroport qui n’a jamais fait la preuve de son utilité

Le ministre de la Justice s’assoit donc sur le droit de l’environnement, sur l’accord de Paris pour le climat et cherche à imposer un aéroport inutile à Notre-Dame-des-Landes, au nom de l’autorité de l’État.

Calibré pour faire atterrir le Concorde, le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est obsolète. Dans les cartons de l’État depuis 1966 et malgré toutes les justifications des bétonneurs et des politiques, il n’a jamais fait la preuve de son utilité.

Depuis deux ans, une procédure d’infraction court contre la France pour avoir délibérément mésestimé les effets sur l’environnement de l’aéroport et des infrastructures de transport qui l’accompagnent au regard du droit européen. Les experts mandatés par Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, ont pourtant montré que des alternatives sont possibles et qu’il faut remettre à plat le projet.

 

Quel crédit accorder au référendum ?

Quant au référendum local, il n’a été qu’une parodie de consultation, un simulacre de démocratie et n’a rien résolu.

En effet, quel crédit accorder à ce résultat, avec un tel taux d’abstention et un périmètre de consultation taillé sur mesure pour obtenir la réponse souhaitée par l’État ?

Nous venons de ratifier l’accord de Paris sur le climat ; l’heure n’est plus à sacrifier 2.000 hectares de zones humides et de terres agricoles, que la ZAD – installée depuis les années 70, en même temps que le Larzac ! – contribue fort heureusement à préserver.

 

Bloquons l’évacuation de la ZAD

Face à l’entêtement du Premier ministre, Manuel Valls, nous, parlementaires, incitons à désobéir à l’article 433-11 du Code pénal qui condamne à un an de prison et 15.000 euros d’amende le fait de s’opposer à l’exécution de travaux publics.

Nous appelons à bloquer, de façon non-violente et à visage découvert, toute tentative d’évacuation des habitants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ou démarrage des travaux. Les bulldozers ne passeront pas !

 

Tribune / Par José Bové, Député européen,
co-signée par Yannick Jadot, député européen du Grand-Ouest ;
Joël Labbé, sénateur du Morbihan ;
Noël Mamère, député de Gironde.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un Commentaire

ouvrir