Le Télégramme

Vannes. Clim’actions : trois jours pour parler alimentation

LE TÉLÉGRAMME – 01/10/2018 – ParLaura Lamassourre

Lutter contre le changement climatique passe aussi par la sensibilisation et la mobilisation des citoyens sur la question de l’alimentation. C’est de ce postulat qu’est partie l’association Clim’actions Bretagne Sud pour organiser la troisième édition de Climat de fête, jeudi, vendredi et samedi, au Palais des arts de Vannes.

« Nous voulons aborder la lutte contre le changement climatique de manière festive et pas culpabilisante ou punitive », explique Dominique Pirio, présidente de Clim’actions. La jeune association, forte de 300 adhérents, a été créée avant la Cop 21, en 2015. Elle est soutenue par le PNR (Parc naturel régional) et GMVa (Golfe du Morbihan Vannes agglomération). Depuis sa création, Clim’actions organise des rencontres, conférences et tables rondes mensuelles, ainsi qu’un festival annuel. Pour cette nouvelle édition, Clim’actions a gonflé la formule de l’événement. Sur trois jours, le public et les acteurs du territoire morbihannais, sont invités à échanger, débattre et s’informer sur des modes de consommation plus respectueux de l’environnement.

« Confronter les idées »

« On est à la bourre, regrette Joël Labbé, sénateur du Morbihan. Il y a des résistances d’élus et d’agriculteurs. Pourtant, le rôle des élus est de prendre des décisions qui ne sont pas populaires ou consensuelles ». Selon le sénateur nolfféen, le pays de Rennes et le Finistère sont engagés dans une démarche forte, comme nombre d’autres territoires. Pourtant, la question des repas végétariens à la cantine, qu’il défend, a déclenché des réactions virulentes partout en France. « Certains élus y sont farouchement opposés car les éleveurs sont en difficulté.
Une journée sans viande et produire une viande de meilleure qualité, c’est pourtant leur assurer une rémunération plus juste ».

Au sein d’un groupe aux mêmes sensibilités, l’alimentation déclenche toujours débat. La journée du vendredi à Climat de fête (limitée à 100 personnes, sur inscription, avec des ateliers et retours d’actions réussies) vise à réunir des acteurs de l’alimentation durable et des structures plus conventionnelles (chambre de l’Agriculture, Crédit Agricole). « Nous n’allons pas faire de scenarii mais confronter les idées. Est-ce qu’on subit ou est-ce qu’on avance ensemble pour une alimentation durable ? », interroge Sophie Giraud, du pôle développement territorial du PNR. Le soir, Emily Loizeau, Csaba Palotaï, Les Tart’A’gueules, la chorale de Camors proposeront un concert (10 €, sur réservation), après l’« Appel des Coquelicots » pour la fin des pesticides (à 18 h 30, devant la mairie).

Le samedi se fêtera dans une ambiance plus familiale avec des projections, un forum, une exposition, des ateliers et des spectacles pour les petits. En parallèle, de 14 h à 18 h, une trentaine d’acteurs du territoire animeront le village du festival.

Clim'actions- Le Télégramme

Laisser un Commentaire

ouvrir