Projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Dans l’impossibilité de participer à la manifestation de Notre Dame Des Landes samedi prochain, je tiens à faire part publiquement de ma position.

Convaincu depuis des années que ce projet, pensé il y a près de 50 ans, n’a plus de raison d’être, si je respecte le point de vue de ceux qui pensent le contraire, j’estime cependant qu’ils n’ont pas encore intégré les principes d’urgence climatique qui ont conduit à la signature de la COP21.

Devant la situation de blocage actuel, un passage en force de l’État serait une énorme erreur dont on ne peut mesurer les conséquences en terme de paix sociale. Aussi, j’ai salué la décision du Président de la République de soumettre le projet à un référendum ; mais cette consultation ne doit pas être le prétexte pour légitimer le projet à la va vite, en limitant son périmètre au seul département de Loire-Atlantique. Elle doit au contraire être le moment de l’expression de la démocratie environnementale en toute connaissance de cause et en toute responsabilité sur l’ensemble des départements du grand-ouest impactés par le projet.

Un grand débat préalable sera nécessaire, prenant en compte les éléments contenus dans le rapport demandé par la Ministre de l’Environnement sur les projets alternatifs et complémentaires, intégrant notamment la mise en réseau des aéroports du grand-ouest ainsi qu’une expertise de la modernisation de l’actuel aéroport.

Je souhaite que les trois ministres écologistes se prononcent clairement en faveur des orientations prises par Ségolène Royal, tant pour le périmètre de la consultation, que pour la prise en compte des éléments nouveaux apportés par le rapport qui lui sera rendu fin mars.

Communiqué / Joël Labbé

Laisser un Commentaire

ouvrir