Fermeture programmée du centre météorologique de Vannes (Morbihan) suite à la restructuration de Météo France

14 e législature / Question écrite n° 01424
> publiée dans le JO Sénat du 09/08/2012 – page 1792

M. Joël Labbé attire l’attention de Mme la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur la fermeture du centre météorologique de Vannes prévue pour 2015 suite à la restructuration territoriale et organisationnelle de Météo France, programmée dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP).
Cette fermeture du centre météorologique de Vannes est désormais officielle et a été communiquée au préfet du Morbihan le 15 juin 2012.
Le processus est amorcé depuis l’année précédente, avec le transfert effectif de l’accueil vers Toulouse (centre national) et du traitement des demandes des clients vers Rennes (centre régional). À la fermeture du centre météorologique de Vannes, les prévisions « Grand public » et « Rivage » du Morbihan s’effectueront au centre météorologique territorial de Brest qui deviendra l’interlocuteur des institutionnels de notre département et notamment des services préfectoraux. Les fonctions de la gestion du réseau d’observation et de la climatologie seront également transférées vers Brest, voire Nantes ou Rennes.
Dans cette nouvelle configuration, les morbihannais vont donc perdre toute l’expertise des météorologistes locaux, tant dans le domaine climatologique que dans celui de la prévision, une connaissance précieuse dans les situations dangereuses, allant des tempêtes aux épisodes neigeux par exemple.
Avec la fermeture de la station de Quimper prévue quant à elle en novembre 2012, il ne restera plus aucune implantation de Météo France sur tout le littoral de la Bretagne-Sud, zone concentrant de plus en plus de population et d’activités économiques, une fréquentation touristique élevée et de nombreuses activités maritimes, tant professionnelles que de loisirs.
La refonte des services, notamment au niveau de la prévision, engendre beaucoup d’inquiétudes. Bien que les outils soient certainement plus performants, la qualité de la prévision risque de se dégrader en raison d’une méconnaissance des particularités départementales et de la surcharge de travail des équipes, qui auront des zones beaucoup plus étendues à gérer. Cela pourrait remettre en cause la mission principale dévolue à cet établissement public : la sécurité des personnes et des biens.
Face à ce désengagement de l’État, il lui demande comment le Gouvernement entend remplir ses missions de service public de proximité dans le Morbihan afin de garantir un service météorologique de qualité, et quelles sont les dispositions spécifiques prévues pour les salariés du centre météorologique de Vannes.

Réponse du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

> publiée dans le JO Sénat du 29/08/2013

Le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie est particulièrement attaché aux missions de service public confiées à Météo France, en particulier la sécurité météorologique des personnes et des biens, essentielle pour nos territoires. Cet opérateur rassemble des compétences de pointe extrêmement précieuses et contribue utilement aux politiques menées en matière de lutte contre le changement climatique. Les prévisions de Météo France se fondent sur un système national d’observation et de prévisions, mis en œuvre et piloté depuis le Centre national météorologique installé à Toulouse. Les prévisions sont ensuite exploitées et adaptées à l’échelon interrégional, puis déclinées plus finement par des centres départementaux ou territoriaux, chargés de la prévision et de la diffusion des informations au niveau local. La réorganisation de cet établissement public a été décidée par le précédent Gouvernement. Sur la période 2010-2013, plus d’un départ sur deux à la retraite n’aura pas été remplacé. Il y a eu une baisse de 10 % des dépenses de fonctionnement. Une réorganisation territoriale a aussi été décidée dans ce cadre, portant de 108 à 55 le nombre de centres d’ici à 2017. Il en résulte une dégradation du climat social et de nombreuses inquiétudes dans le département du Morbihan comme dans tous les territoires concernés. L’une des difficultés tient à la baisse des recettes commerciales de Météo France du fait tant du libre accès sur internet aux sources de données alternatives que du droit communautaire qui prévoit la généralisation de l’accès gratuit aux données météorologiques. C’est dans ce contexte qu’il convient de maintenir un potentiel scientifique, et donc les investissements nécessaires, notamment dans de nouveaux systèmes informatiques tels les supercalculateurs, qui permettent de maintenir le haut niveau de performance de nos outils et de nos organisations de prévision. Le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie suit avec vigilance la réorganisation de Météo France et veillera à ce qu’elle s’effectue dans des conditions exemplaires au regard des missions de service public de cet établissement public, en particulier en matière de prévision et de prévention des risques et de sécurité des personnes et des biens. Notamment, les réponses aux besoins des acteurs institutionnels locaux devront être maintenues avec le même niveau d’exigence. Pour ce qui concerne le département du Morbihan, la fermeture du centre départemental de Vannes est programmée pour 2015, et le préfet a été saisi pour organiser la concertation au niveau local. Les activités de prévision, de climatologie à échelle fine et de gestion du réseau d’observation départemental seront reprises par le centre de Brest, afin d’assurer un suivi de proximité et de garantir la connaissance des spécificités du territoire morbihannais, l’activité de maintenance du réseau d’observation étant déjà assurée par le centre de Brest. En termes de sécurité météorologique des personnes et des biens, Météo France restera naturellement au service des habitants du Morbihan : pour la gestion des événements météorologiques majeurs et de grande échelle, la prévision s’effectue d’ores et déjà principalement à l’échelle nationale et interrégionale. La nouvelle organisation ne remettra donc aucunement en cause l’acquis des années antérieures dans le cadre des progrès réguliers du dispositif de vigilance météorologique. Le réseau territorial de Météo France continuera par ailleurs à assurer l’appui météorologique aux cellules de crise. Concernant les modalités de reclassement des agents du centre de Vannes concernés par la réorganisation territoriale de Météo France, l’établissement public a mis en place dès 2009, à l’échelle nationale, un projet d’accompagnement social des personnels pour définir avec chaque agent son évolution de carrière. Dans ce domaine aussi, le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie veillera à l’exemplarité du processus et au respect des engagements pris.

Laisser un Commentaire

ouvrir