Réforme de l’enseignement de spécialité du cycle terminal de la série S spécialité « Écologie agronomie et territoires » du baccalauréat général

14 e législature / Question écrite n° 01099
> publiée dans le JO Sénat du 26/07/2012 – page 1684

M. Joël Labbé attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt sur la réforme de l’enseignement de spécialité du cycle terminal de la série S spécialité « Écologie agronomie et territoires » du baccalauréat général, mis en œuvre dans les établissements de l’enseignement aux métiers de l’agriculture, de la forêt, de la nature et des territoires.
La communauté enseignante se montre inquiète quant à la mise en œuvre de cette réforme à compter de la rentrée scolaire 2012-2013, détaillée dans la note de service DGER/SDPF/N2011-2086 du 11 juillet 2011, et prévue par l’arrêté du 27 janvier 2010 modifié relatif à l’organisation et aux horaires des enseignements du cycle terminal des lycées sanctionnés par le baccalauréat général. Celle-ci redoute que cette réforme n’entraîne une perte d’identité et de lisibilité de ce baccalauréat dispensé par l’enseignement agricole, et s’interroge sur le profond décalage entre le contenu disciplinaire et le nom de la spécialité.
En effet, l’enseignement de l’écologie ne fait plus partie de l’ « enseignement de spécialité » dispensé mais de « l’enseignement spécifique », et l’agronomie ne dispose plus que d’un contingent d’une demi-heure par semaine sur les deux heures d’ « enseignement de spécialité ».
Le terme « enseignement de spécialité » est donc erroné, au vu de la dispersion des matières d’une part, et d’autre part, de l’introduction dans ces deux heures hebdomadaires d’ « enseignement de spécialité » de matières totalement décorrélées de la spécialisation choisie : Sciences économiques sociales et de gestion, Histoire-géographie, Éducation socioculturelle.
Aussi, il lui demande d’envisager la suspension de l’application de cette réforme en attendant de procéder à une réelle concertation avec l’ensemble des acteurs concernés.

Réponse du Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt

> Réponse publiée dans le JO Sénat du 30/08/2012 – page 1904

Le choix a été fait d’avoir un même intitulé « Écologie, agronomie et territoires » pour l’enseignement spécifique et pour l’enseignement de spécialité du baccalauréat général série scientifique préparé dans les lycées agricoles. Cet intitulé commun permet une meilleure lisibilité du baccalauréat S de l’enseignement agricole pour les élèves, leurs parents et la communauté éducative.
La construction des enseignements « Écologie, agronomie et territoires » répond à l’objectif d’une part de conforter la biologie-écologie et d’autre part l’étude pluridisciplinaire des territoires, en lien avec le développement durable. Les enseignements spécifiques et de spécialité sont construits de façon globale et complémentaire, pour contribuer à la construction générale d’une culture scientifique, à la formation de l’esprit critique et à l’éducation citoyenne des candidats, pour préparer les élèves aux futures études supérieures et aussi les sensibiliser aux secteurs d’activités professionnelles. L’architecture ainsi construite autour de l’enseignement de ces deux modules du bac S, particuliers à l’enseignement agricole, est en phase avec sa culture et son savoir-faire. Elle permet en effet d’associer dans le cursus des élèves : d’une part, un socle scientifique solide, fondé sur la biologie et l’agronomie à hauteur de 5 heures hebdomadaires en moyenne en classes de première et de terminale, d’autre part, en classe de terminale, l’éclairage des sciences humaines sur les problématiques de territoire et de développement durable. Ces programmes ont, préalablement à leur diffusion en juillet 2011, fait l’objet d’une concertation dans le cadre des instances consultatives. Afin de mieux accompagner les enseignants pour une mise en œuvre cohérente de ces nouveaux programmes, un document explicatif supplémentaire rédigé par l’inspection de l’enseignement agricole sera diffusé à la rentrée scolaire 2012.

Laisser un Commentaire

ouvrir